Intelligence artificielle et nutrition, votre intestin vous dit comment manger

Les connaissances en nutrition évoluent tous les jours, un jour on pense que l’oeuf participe à la formation de cholestérol LDL, un autre jour finalement non, tout va bien pour les personnes ayant du cholestérol… Ils peuvent manger des oeufs ! Bref la science évolue et la nutrition aussi. Mais les dernières recherches se concentrent principalement sur le microbiote intestinal, ce champs infini de découvertes autour de milliers (que dis-je millions !) de bactéries qui le peuplent. J’avais d’ailleurs lu il y a plus de 2 ans, « Le charme discret de l’intestin« , si ce n’est pas encore fait de votre côté, foncez (d’ailleurs je devrai le relire maintenant que j’ai terminé mes études et que j’ai plus de recul).

Microbiote et obésité ?

L’une des expériences assez connue est celle des souris à qui on avait « nettoyé » l’intestin de toute bactérie et qu’on avait laissé dans un environnement stérile. Puis on avait injecté à l’une des souris, le microbiote d’une souris obèse (par le biais d’une injection de matière fécale) et sur l’autre souris, le microbiote d’une souris ayant un poids moyen. Au bout de quelques semaines, la souris qui avait reçu le microbiote de la souris obèse, est de venu obèse à son tour alors qu’elle avait la même alimentation que l’autre souris ayant reçu le microbiote de la souris « poids moyen ». Vous suivez ? Cette expérience a été refaite plusieurs fois, et le constat a été le même, un microbiote peut donc influencer un poids ! Sacrée découverte non ?

C’est une partie des études qui m’a beaucoup intéressée (d’ailleurs mon binôme pourrait attester que j’ai passé pas mal de temps sur les intestins et ses désagréments). Mon conjoint, informaticien étant féru d’intelligence artificielle, de data, de machine learning et compagnie (tu ne comprends pas ? moi non plus !), il me passe régulièrement des articles sur différentes recherches faites sur le microbiote parce que du coup ça l’intéresse aussi.

Intelligence artificielle et microbiote

J’ai donc lu récemment un article du New York Times rédigé par Eric Topol, cardiologue et professeur de médecine moléculaire américain sur un sujet très intéressant : l’intelligence artificielle et la nutrition (« The A.I Diet – Let an algorithm tell you how to eat. »).

Alors qu’est-ce que dit cet article ? En résumé, grâce à l’intelligence artificielle nous serions proche de pouvoir délivrer un régime personnalisé à chacun afin de nous garantir une santé presque irréprochable. En effet, en analysant votre microbiote (en plus d’analyses de sang pour voir notamment notre réaction au glucose post-prandial), les données croisées permettraient d’identifier les bactéries représentées dans votre microbiote, celles en surpopulation et du coup d’associer des aliments qui peuvent réduire les colonies qui vous posent problème (ou pourraient vous poser problème – surpoids, dépression,…) et rééquilibrer votre microbiote. Ainsi, vous repartiriez avec votre « diet » personnalisée (des centaines d’aliments), totalement compatible avec votre microbiote !

The point was to find out what kind of food I should be eating to live a longer and healthier life – Eric Topol

L’objectif était de trouver quel type d’alimentation je devrai manger pour vivre plus longtemps et en meilleure santé »

Comment cela serait possible ? Ils ont demandé à 800 de personnes de noter tout ce qu’ils mangeaient, buvaient et le sport qu’ils pratiquaient pendant plusieurs semaines, afin de cerner l’alimentation de chacun et de récolter des millions de données (47 000 données sur les repas et 1,5 million de données sur le glucose ont été recueillies). Puis leur microbiote a été analysé dans le détail afin de cerner les types de bactéries retrouvées. Grâce à l’intelligence artificielle, les données ont été croisées (entre le glucose post-prandial et les bactéries) pour dégager des aliments qui seraient susceptibles d’être compatibles avec une alimentation adaptée à la personne.

Le souci ? L’auteur s’est rendu compte que dans la liste des aliments qu’on lui proposait, il y  en avait une grande partie qu’il n’aimait pas du tout !

Les travaux là dessus en sont à leur début mais il y a de belles découvertes à faire encore sur le sujet.

C’est un sujet qui vous intéresse ? Parce que j’ai encore pas mal à dire dessus !

 

1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *