Vos questions sur le BTS Diététique

 

Pendant ces 2 ans, j’ai reçu beaucoup de messages via Instagram et Facebook pour le BTS diététique et j’ai essayé de répondre au maximum à tout le monde. Mais ces derniers temps avec les examens, j’ai eu plus de mal à répondre donc j’ai dit que je ferai un article sur mon parcours, mes conseils, mes difficultés pour que cela réponde au maximum à vos questions. Si vous en avez d’autres, n’hésitez pas à commenter, je pourrai compléter l’article au fil du temps !

Ma copine Léa, qui est graphiste et qui a passé le BTS Diét l’année dernière, avait déjà fait un article que vous pouvez consulter, comme ça vous aurez 2 avis !
Ceci ne reflète que mon avis et mon parcours, vous aurez peut être autant d’avis que de personnes ! J’ai suivi toute ma scolarité avec le CNED (j’avais fait un article dessus ICI).

  • Mon parcours avant le BTS et mon niveau

J’ai un bac ES option anglais, qui date de 2000, autant dire qu’il est loin ! Et surtout j’avais choisi une formation où justement je n’aurai plus de biologie, de physique et avec peu de math… j’avais tout ça en horreur ! Donc j’ai fait une mise à niveau avant le BTS diététique car c’est une formation paramédicale, donc qui dit paramédical dit biochimie, physiologie… Je n’avais donc aucune notion. Rien. La mise à niveau est essentielle, à mon sens, quand on part comme moi de zéro, parce que j’ai du tout reprendre, de la structure d’une molécule, à comment faire des divisions sur papier… oui oui je partais de loin (attends tu te souviens comment on fait une division sans calculatrice ?? ;))

Pour la mise à niveau, j’ai fait celle du CNED et je le regrette un peu. Elle est très, trop dense, j’ai du survoler certaines choses tellement c’était lourd et elle est assez chère (400 euros de mémoire).

Après j’ai rencontré des profs qui font des mises à niveau de qualité, dont Bioélys, très présente sur Facebook, adorable et super compétente, je recommande ! Il y en a surement d’autres, mais j’ai surtout fait des stages avec elle par la suite (oui parce que mon niveau ne s’est pas arrangé…).

  • Est-ce que c’est très scientifique ?

Cette question on me l’a posé plusieurs fois, et la réponse est OUI. Dans le sens où, il y a beaucoup de biochimie en 1ère année, puis de la physiologie (fonctionnement de tous les organes), puis de la physiopathologie (les maladies liées aux organes). Donc je ne vais pas vous dire que ce n’est pas scientifique, ce serait faux. Par contre, il n’y a pas de maths à proprement parlé (un peu de fonctions en éco-gestion), et cela est tellement passionnant, logique et utile que finalement ça passe très bien !

  • Est-ce qu’on se sent seul pendant la formation ?

Je pense que si on n’a pas l’habitude de travailler tout seul à la maison ça peut être assez difficile de suivre le rythme seul. D’ailleurs beaucoup on fait une 1ère année avec le Cned puis sont rentrés en 2ème année en école car c’est parfois compliqué de se motiver. J’ai la chance d’être freelance depuis 8 ans, je savais donc m’organiser seule à la maison. Par contre j’étais tous les jours sur mes cahiers, je me suis fait des plannings à la semaine pour me donner des objectifs de travail/révision et je m’y suis tenue au mieux que j’ai pu. Bien sûr on a des aléas (en plus avec 2 enfants ça se multiplie) mais j’ai tenu bon. Mais sans les réseaux sociaux je n’aurai pas tenu du tout c’est clair pour moi ! Il existe plusieurs groupes, sur Facebook notamment, qui regroupent des étudiants à distance. L’ambiance est très sympa, la motivation est au taquet, il y a des profs pour répondre aux questions et on fait de jolies rencontres. J’ai rencontré ma binôme de travail comme ça et on s’est motivé 6 mois avant les examens pour travailler ensemble via skype. Si j’ai mon diplôme ça sera en grande partie grâce à ça et grâce à elle qui m’a motivée pendant toutes ces semaines où parfois la fatigue prend le dessus.

Il existe un forum sur l’interface du cned, mais pas assez réactif à mon goût…

  • Est-ce que le BTS diététique reflète la réalité du terrain ?

Oui et non. Oui parce qu’on apprend un métier qui existe, qui est reconnu en grande partie, on fait des stages à l’hôpital, dans des restaurations collectives et ailleurs ce qui permet de se rendre compte que…. Non le BTS ne reflète pas toujours la réalité du terrain. C’est un peu l’ambiguïté de ce diplôme, cela fait 30 ans qu’il doit être mis à jour, alors même si les chiffres sont mis à jour et les recommandations aussi, la pratique ne l’est pas tout le temps. On apprend à faire des choses qui dans la réalité ne se font plus, ou alors on apprend une base qu’il faudra nous même mettre à jour selon nos formations complémentaires. Mais comme beaucoup de métiers !

Par exemple, vous êtes végétarien et convaincu que le végétarisme est LE bon choix. Vous n’apprendrez pas cela, parce qu’on apprend l’équilibre alimentaire avec TOUTES les familles d’aliments. En consultation, vous aurez des végétariens mais aussi des personnes qui mangent de tout et qui veulent être conseillés en fonction de leurs habitudes alimentaires. Du coup, on apprend tout et ensuite à chacun d’affiner sa pratique. On apprendra aussi à travailler avec toutes les populations, du sportif, à la femme enceinte, de la personne âgée, au nourrisson, mais ensuite si vous voulez peaufiner 1 seule population il faudra le faire après. 2 ans de formation c’est trop court pour aller dans le détail, à chaque ensuite de grandir avec la formation et de compléter.

  • Est-ce que le BTS diététique est facile ?

Alors là, un grand NON !

J’ai un bac+4, fait de nombreux stages, travaillé plus de 10 ans dans la communication, je veux dire par là que je ne sors pas du bac. J’étais plutôt une bonne élève avec une très bonne mémoire mais j’ai galéré. Oui oui… alors ok, je suis plus vieille maintenant, je suis toute seule à la maison pour travailler et j’ai 2 enfants mais quand même. C’est un BTS très dense car il demande beaucoup d’heures de travail dans des matières assez différentes, de la biochimie, à la connaissance des aliments (un TRES gros morceau), de l’éco-gestion, aux techniques culinaires… plus les stages (2 la 1ère année et 3 la seconde) qu’il faut réussir à caser, les devoirs à rendre au CNED et le mémoire à écrire en parallèle. Alors, clairement c’est dense en 2 ans. Beaucoup font le choix de le passer en 3 à 5 ans pour étaler tout ça (les notes sont conservées 5 ans), ou savent qu’elles ne l’auront pas du 1er coup mais tentent quand même. C’est mon ressenti, j’ai beaucoup donné ces 2 années, surtout la 2ème d’ailleurs et je regrette de ne pas avoir plus avancé en 1ère année pour ne pas me retrouver avec les révisions de la 1ère année en seconde, et me rajouter du travail. Alors un conseil : finissez tout le programme de 1ère année, en 1ère année… ça paraît logique mais on se dit qu’on a le temps et en fait non !

Pour info, le BTS diététique est réussi chaque année par environ 30% des personnes qui le passent ce qui est peu pour un BTS. Lorsque je l’ai passé cette année, on était peu à le passer pour la 1ère fois, la plupart avait validé des matières l’année d’avant et en repassait d’autres cette année. Les moyennes sont assez basses à l’examen… Il faut dire aussi qu’il n’y a pas besoin de beaucoup de diététiciens en France donc ils font en sorte que la sélection se fasse à l’examen final.

  • Qu’est-ce que tu vas faire après le BTS Diététique ?

J’aimerai faire plein de choses différentes, donc je ne serai pas celle qui cherche un CDI à plein temps 🙂 Ca tombe bien y’en a pas beaucoup à pourvoir ! Je suis indépendante depuis de nombreuses années donc je souhaite le rester. Mais j’aimerai peut-être trouver au début des remplacements ou un mi-temps pour me lancer. Ensuite, j’aimerai mettre en place des projets de prévention pour utiliser mon autre compétence en communication puisque c’est mon 1er métier ! Faire des consultations bien sûr, écrire un livre sûrement (j’ai déjà une 1ère expérience avec « Les émotions de Naoh »), proposer mes services aux autres diététiciens pour la communication… Bref, j’ai plein d’idées mais attendons de voir si j’ai le diplôme cette année ou si comme 70% des personnes je devrai repasser des matières l’année prochaine !

  • Est-ce que les stages sont difficiles à trouver ?

En 1ère année, les stages en restauration collective sont relativement faciles à trouver, il suffit de contacter la cuisine centrale de votre ville, les lycées et collèges, les sociétés privées qui s’occupent de la restauration dans les entreprises… les stages sont courts et souvent on trouve vite.

Pour la 2ème année c’est plus compliqué, il faut trouver dans des structures hospitalières avec un diététicien au moins en poste à 80%. Et cela se corse vraiment, car il y a très peu de places pour les stagiaires diét dans les hôpitaux. Commencez votre recherche 1 an à l’avance impérativement ! J’avais trouvé mes stages en avril, 1 an avant leur début, soit en 1ère année… et j’ai eu de la chance car j’ai trouvé les 2 pas loin de chez moi, mais beaucoup doivent se déplacer dans toute la France. Soignez votre cv et votre lettre de motivation, appelez pour connaitre le process de sélection, bref prenez vraiment le temps de chercher.

 

Quelques livres qui m’ont bien aidé :

– La collection Tec et Doc et particulièrement : Connaissances des aliments (il est trop détaillé mais par contre il reprendre TOUT et est donc précieux dès qu’on a une question précises), biochimie-physiologie (exercices et annales) et physiopathologie (le manuel).

GEM-RCN – Marie-Caroline BARAUT – indispensable pour bien comprendre le contrôle de fréquences, avoir les chiffres en tête, voir les grammages par population… Marie-Caroline est aussi professeur au lycée pour le BTS et enseignante à distance. J’ai pris certains de ses cours virtuels qui m’ont beaucoup aidé aussi, je conseille !

– Un beau cadeau pour Noël : Anatomie et Physiologie Humaine, Marieb Hoehn. Livre cher mais passionnant, et surtout très bien expliqué sur tous les organes. Un cahier d’exercices ludiques existe aussi.

J’en ai acheté plein d’autres mais qui m’ont moins servi ou avec lesquels j’ai moins accroché : Voyage en biochimie, Alimentation, Nutrition et Régime (EDHN), Tec et Doc Biochimie (Le manuel).

 

Un seul conseil : ne vous dispersez pas, cela ne sert à rien d’acheter 20 bouquins, vous n’aurez pas le temps de les lire, croyez-moi !

Et ne perdez pas votre objectif de vue, parfois on se décourage, parfois on a besoin de quelques jours de répit pour penser à autre chose mais on revient d’attaque.

 Je pourrai écrire encore 12 pages sur le BTS diététique mais je vais m’arrêter là ! J’attends vos questions je suis sûre que vous en avez plein 🙂

 

0

14 comments

  1. Bonjour
    Ta reconversion m intéresse énormément car je souhaiterai faire la même chose . Je suis dans le médical depuis 14 ans . 5 ans préparatrice en pharmacie de ville et maintenant depuis 10 ans je gère un service de stérilisation dans une clinique mais je ne suis pas satisfaite .
    Je pensais me reconvertir dans diététicien , aider , soutenir , du concret et de l humain .
    J aimerai passé ce BTS , est ce qu il y a des débouchés dans ce métier ? Et au niveau salaire on s y retrouve ? Est ce le parcours du combattant pour pouvoir financer ses études ?
    Merci pour les réponses .
    Carole
    Merci des reponse

    1. Bonjour Carole, honnêtement les débouchés sont très minces et le salaire pas foufou mais tout dépend de ce que tu souhaites faire ! Est-ce que c’est travailler à l’hopital ? Etre à ton compte ? travailler pour un groupe agro-alimentaire ? Bref il y a autant de parcours que de diet quasiment (bon j’exagère un peu la majorité sont soit à l’hopital soit en libéral). Comme tu le vois c’est difficile à dire, même si globalement d’après ce que j’entends les débouchés sont très minimes… A bientôt !

  2. Hello! Merci pour cet article très intéressant. Je pense beaucoup à me reconvertir vers un BTS diététique, car je n’aime pas mon boulot actuel et j’adore ce qui concerne la nutrition. Mon problème, comme tu l’as évoqué dans l’article c’est que je suis végétarienne quasi végétalienne , je voudrais passer le diplôme pour me spécialiser dans ce « régime » alimentaire mais je n’ai pas envie d’apprendre que « les produits laitiers sont nos amis pour la vie » quand bon nombre d’études actuelles nous prouvent que c’est faux. Penses-tu que passer le BTS soit quand même une option envisageable sachant qu’il existe bien des diététiciens spécialisés végéta*ien.
    En tout cas, bravo à toi pour ces deux ans à étudier chez toi avec deux enfants qui plus est.
    Bonne soirée

    1. Bonjour Mathilda, pour passer le BTS il faut passer outre ses convictions, ensuite tu appliqueras ce que tu souhaites malheureusement c’est comme ça. Le BTS est basé sur le PNNS et sur l’équilibre alimentaire autour de toutes les familles d’aliments donc oui tu vas apprendre qu’il faut manger des produits laitiers (2 à 3 par jour). C’est bien de garder son esprit critique par contre et de ne pas tout « gober », c’est ce que font la plupart des étudiants 🙂 Mais pour avoir le BTS =>> suivre les demandes du BTS 🙂 A bientôt

  3. Merci pour cet article, je vais continuer de lire ton parcours, je suis justement en train d’entamer mes recherches pour une reconversion similaire. Je suis femme au foyer, 37ans, 2 enfants, expatriés pour le boulot de monsieur depuis 8 ans dans des pays où je ne peux pas travailler (bah ouais fallait pas faire arts plastiques lol). Le CNED est il la meilleure option ? J’ai vu qu’il y a d’autres organismes à distance… En tout cas, bravo pour ton travail et merci pour le partage !

    1. Bonjour Noémie,
      Je te dirai que oui le cned est la meilleure option, les cours sont à jour des dernières recommandations, ils sont denses et ils suivent le programme de l’éducation nationale, ce qui n’est pas le cas de toutes les écoles « en ligne ». Par contre, avec le diplome de diet français tu ne peux pas exercer ailleurs qu’en France (enfin à voir si ça a évolué mais notre formation n’est que de 2 ans alors que dans les autres pays européens par exemple elle est au moins de 3 ans, voire 4).
      A bientôt

  4. Bonjour Julie,
    C’est super de nous faire partager votre parcours et d’avoir relevé le challenge malgré tout ce que cela implique ! En vous lisant je me rends compte que nous avons de nombreux points communs, issue de la communication j’envisage également de me reconvertir dans la diététique, et ça fait plusieurs années que j’y pense. Aujourd’hui je suis presque prête à me lancer dans l’aventure si ce n’est que… et c’est là que ma question intervient ^^: Aviez-vous pu réaliser une étude de marché pour valider la viabilité de votre projet ? Comment vous êtes-vous assurée qu’il y avait des possibilités d’emploi dans votre région avant de vous lancer ? En effet le travail que j’exerce aujourd’hui est difficile à trouver dans l’endroit où je me trouve, les places sont très chères. J’ai eu beaucoup de difficultés pour trouver un travail qui correspond à peu près à ce que je fais sans que cela me plaise vraiment. Aussi je souhaite m’assurer qu’en me lançant corps et âme dans cette reconversion il sera possible d’exercer assez rapidement (en libéral ou en cumulant du libéral + un poste ailleurs). Je vois bien qu’autour de moi il y a déjà quelques diététiciennes (bien que je réside en milieu rural), et du coup je me demande s’il y aura suffisamment de place pour moi… Bref je ne sais que faire… J’ai rdv par téléphone avec une diététicienne qui a accepté de répondre à toutes mes questions tout près de chez moi début septembre mais il est difficile de se lancer sur la base d’un ou deux avis. Je vous remercie par avance pour votre réponse et je vous souhaite une très belle continuation en tant que diététicienne ! Au plaisir de vous lire 🙂
    Véréna

    1. Bonjour Véréna, honnêtement non je n’ai pas fait d’études de marché tout simplement parce que je suis du style à « inventer » mon poste de travail 🙂 Cela fait plus de 8 ans que je suis indépendante je n’ai pas envie de chercher un travail en CDI donc je n’ai pas fait d’études de marché. Par contre je sais qu’il est difficile de s’installer (bon nombre de diet ont plusieurs cabinets pour s’en sortir tout juste) et aussi difficile de trouver un poste à l’hopital car parfois il n’y a qu’1 diet pour tout un hopital (l’un de mes stages était dans ce cas). Donc il ne faut pas se lancer dedans si c’est pour être sure de trouver un poste facilement, c’est sur que non. Par contre, je pars du principe que quand on veut on peut et qu’on a toujours moyen de trouver qqchose, donc à chacun de tirer son épingle du jeu 🙂 A bientôt

  5. Bonjour,
    J’ai pu voir que vous aviez des supports écrits du cned.
    Les avez vous acheté a un ancien élève puisque tous leurs cours sont maintenant en numérique?
    Par avance merci et bravo pour votre parcours!
    Muriel

    1. Bonjour, non je les ai achetés au CNED, c’est possible en option. De mémoire cela coute dans les 80 euros pour les recevoir en papier en plus mais je trouve que cela vaut le coup car cela m’aurait couté plus cher de tout imprimer chez moi et j’ai besoin d’un support papier pour réviser et transporter les cours avec moi. A bientôt

  6. Bonjour

    Je suis admirative 😮
    J’aimerais me lancer aussi et foncer pour me reconvertir dans ce milieu mais la barrière financière me faire très peur :$
    Je suis actuellement en cdi mais le cdi en générale ne me convient pas …
    Je voudrais travailler a mon compte et pour cela passer le bts dietetique
    Mais j’ai très peur … trop peur ?
    En tout cas bravo 🙂

    1. Bonjour, c’est vrai que ça donne une petite dose d’adrénaline tout ça 🙂 l’avantage c’est que j’étais déjà à mon compte donc moins peur pour cette partie là ! Je crois que dans la vie il ne faut rien regretter, alors peut-être essayer de faire la 1ère année en travaillant ? Ou d’étaler les études sur 5 ans tout en travaillant, ce que beaucoup font ! Bon courage 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *