Mais au fait, c’est quoi un diététicien-nutritionniste ?

Oui dis, ça fait quoi un diététicien ? Parce qu’en fait, plus ça va et plus j’ai l’impression que beaucoup de personnes autour de moi ne savent pas ce que je fais exactement. Alors il y a les à priori qu’on a sur de nombreux métiers, et pour le diététicien c’est le fameux :

Tu fais maigrir les gens ? Tu leur fais manger de la salade ? Toi tu manges donc super équilibré ?

Oui moi je suis parfaite (ah non c’est pas ça la réponse… va voir sur intagram je mange des gâteaux ratés…)

1-La définition Wikipédia

Oui Wikipédia fait foi non ?

« Il s’agit d’un professionnel de santé diplômé et reconnu. Son rôle est de préserver et/ou d’améliorer la santé à travers l’alimentation. Le diététicien va donc agir dans deux grands domaines conformément à l’article L4371-1 du Code de Santé Publique :

  1. Le respect des réglementations françaises et européennes en matière d’hygiène (Paquet hygiène, Plan de maitrise sanitaire, HACCP, Guide des Bonnes Pratiques d’Hygiène, etc.) et en matière de nutrition (recommandations du GEMRCN par exemple)
  2. L’éducation nutritionnelle (théorie et pratique) des individus, qui peut s’effectuer auprès de :
    • Patients (ou malades) : diabète, obésité, dénutrition, maladies inflammatoires chroniques de l’intestin, maladies hépatiques, pancréatiques, rénales, allergies/intolérances alimentaires, adaptation en fonction du traitement médicamenteux, etc.
    • Personnes bien-portantes : enfants, adolescents, adultes, femmes enceintes, sportifs, végétariens/végétaliens, personnes âgées, etc.

L’éducation peut se faire en groupe ou en individuel. Dans le cadre d’une éducation individuelle, le diététicien se fonde entre autres sur une évaluation personnalisée à l’aide des informations médicales, d’une enquête alimentaire ainsi que du mode de vie, des goûts, et des croyances (au sens large) du patient. Ces informations lui permettent d’établir un diagnostic diététique puis des objectifs en partenariat avec le patient qui serviront de base lors du suivi. »

C’est plus clair ? Le champs est large comme vous pouvez le constater ! Les diététiciens travaillent à l’hôpital, en libéral, en restauration collective, chez un prestataire de service, en agroalimentaire… Bref y’a de quoi faire 🙂

2- Les études du diététicien-nutritionniste

Pour être diététicien-nutritionniste, il faut faire 2 ans d’études intenses (BTS ou DUT). Pas 3 week-end par an, pas 3 mois de formation, pas 1 semaine sur « les métabolismes », pas 2 jours sur les lipides… NON 2 ans en présentiel ou par correspondance avec au total 1600h de formation. 1600h. Pas 32, pas 230, pas 600… Non 1600. Oui je sais, je rabâche mais c’est pour montrer, que quand même, on y va pas en claquettes. De plus, on réalise 5 stages en restauration collective et à l’hôpital dans des services d’oncologie, de gériatrie, de médecine générale, et bien d’autres encore.

Le taux de réussite à l’examen est assez bas pour un BTS parce qu’il est exigeant. L’apprentissage est vaste et ne s’arrête pas au BTS, d’autres formations peuvent s’ajouter derrière avec des DU (diplômes universitaires), des formations en ETP (Education thérapeutique du patient) et autres poursuites d’études.

3- Et pourquoi diététicien NUTRITIONNISTE ?

En fait Nutritionniste est comme un adjectif, seul il ne veut rien dire, il qualifie juste un métier, soit diététicien soit médecin. Nutritionniste tout court en fait ça n’existe pas, enfin si, vous devez sûrement en voir par ci et par là mais en fait ce n’est pas un métier à proprement parler, en France en tout cas (c’est à dire que dans d’autres pays selon les lois, les conventions ou autre cela peut être reconnu avec des études liés à ce titre, ce qui n’est pas le cas en France). Donc si vous croisez un « nutritionniste » tout court, rien ne garantit qu’il ait fait des études alors qu’il va « jouer » avec votre santé ne l’oubliez pas !

Pourquoi ce pavé ?

Parce que ça casse les bonbons quand on voit en consultation des gens qui ont perdu du temps, de l’argent, de la confiance parce qu’ils sont allés voir des personnes non formées à la nutrition et aux pathologies. Qu’ils ont cru aux miracles et au fait que plus on dépense de l’argent plus on perd du poids… J’ai vu des gens arrêter de manger des aubergines parce qu’ils sont du groupe sanguin A+, des gens ne plus approcher les féculents parce que ça fait grossir, des gens pensant que l’huile d’olive était moins grasse que l’huile de tournesol : parce qu’on leur avait dit ça ! #bullshit.

Oui je suis consciente que des mauvais diététiciens il y en a, comme dans TOUTES les professions non ? Si on n’est pas satisfait d’un électricien on en change, on va pas voir son voisin qui a fait des formations chez Leroy Merlin si ?

Oui la nutrition évolue perpétuellement MAIS les études qui sont transmises par la presse ne sont pas toujours vérifiées et validées donc méfiance !

Bref, cette semaine c’est la semaine de promotion du métier de diététicien, un beau métier qui devrait d’avantage être soutenu en des temps où les maladies liées à notre façon de s’alimenter augmentent de plus en plus… La prévention devrait d’ailleurs être au coeur de notre métier, non ? 

Vous pouvez aussi aller voir la belle illustration de Leaaax (illustratrice et diet) qui parle du métier de diet.

A bientôt 🙂

0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *