{Lecture} Deux portraits d’anorexiques

 

Cet été, j’ai lu plusieurs livres sur l’alimentation, la diététique et les troubles, notamment sur l’anorexie. J’avais envie de lire plus roman/portrait que de livre scolaire donc je me suis orientée vers deux livres dont j’avais entendu parler sur instagram. J’ai commencé par « La petite fille qui ne voulait pas grossir » d’Isabelle Caro et ensuite j’ai enchainé avec « Ce matin j’ai décidé d’arrêter de manger » de Justine.

Deux portraits traitant de l’anorexie mais avec deux visions et surtout deux parcours complètement différentes. J’ai lu rapidement les deux livres, car comme ils sont traités comme des romans ils se lisent facilement et le fait qu’il s’agisse d’histoires vraies nous poussent à la lecture tellement les parcours sont difficiles. Je n’avais pas encore vraiment lu de livres sur l’anorexie et dans les cours cela est traité assez rapidement car l’anorexie, même si le diététicien doit la connaitre bien entendu notamment pour la réalimentation et aussi parce que ce sont souvent des personnes très au fait de l’alimentation, est souvent plutôt du ressort des maladies mentales, on parle d’anorexie mentale d’ailleurs. L’anorexie peut aussi être consécutive à une pathologie qui ferait perdre beaucoup de poids, mais dans ces deux livres on parle bien d’anorexie mental et du refus de s’alimenter.

« La petite fille qui ne voulait pas grossir » d’Isabelle Caro

Isabelle Caro a été connue pour une affiche réalisé avec la marque Benetton qui l’avait mise en avant sur des 4×3 pour dire non à l’anorexie. Je me souviens à l’époque d’avoir vu ces affiches sur internet (il me semble qu’elles ne sont jamais sorties en France mais juste en Italie). Cette femme avait à l’époque répondu à pas mal d’interviews mais n’avait pas vraiment raconté son histoire. Depuis, elle est décédée, ce qui rend le livre encore plus poignant. Son histoire, telle qu’elle la raconte, la pousse inévitablement vers des troubles psychiques, qui se sont matérialisés par l’anorexie. Sa mère ayant reporté toutes ses angoisses sur elle, sur une époque où elle était plus jeune et où sa fille (Isabelle) était donc enfant. Si maman préfère l’époque où elle était jeune et moi bébé, je vais rester enfant, je ne vais donc pas grandir, ni grossir. Je schématise mais cela représente un peu ce qu’il s’est passé dans sa tête. L’histoire est tellement folle (ou horrible à voir…) qu’on se dit qu’il est impossible qu’elle sorte de cette spirale. Pourtant, on découvre une femme adulte battante, avec la force de vivre, de faire du théâtre, de se dépasser… La maladie aura été plus forte. J’ai beaucoup aimé le récit et cela nous montre aussi quel combat difficile doivent affronter ces jeunes femmes (en majorité).

« Ce matin j’ai décidé d’arrêter de manger » de Justine

Une autre histoire, un autre roman. Où comment les régimes pour « être belle » peuvent parfois pousser au pire. Comment l’influence de la famille, les mots difficiles à entendre (bouboule, la grosse…) peuvent aussi être pris au 1er degré par certains ados. Justine perd les repères qui la rassurent, son père qui arrête de faire du cyclisme alors qu’elle adore l’accompagner le dimanche, sa grand-mère qui décède, une petite soeur qui arrive…. des chamboulements qui couplés à des mots moqueurs, à une adolescence qui se met en place et à un caractère bien trempé qui veut montrer qu’elle arrivera à maigrir coûte que coûte pour « embêter sa mère » : cocktail explosif pour l’anorexie. Dans ce roman, on suit plus les étapes vers une vie meilleure, mais aussi toutes les rechutes, l’alimentation entérale (par sonde), les mensonges pour cacher les pratiques anorexiques, les répercussions sur la fratrie. Là aussi j’ai lu rapidement le roman de Justine parce que cela résonne, parait fou, fait peur et donne envie de savoir si à la fin elle retrouvera l’amour de son corps.

Est-ce que vous avez lu ces romans ?

Si vous souhaitez d’ailleurs je les vends (oui parce que sinon c’est plus une bibliothèque qu’il me faut c’est une pièce entière pour les livres >> 5 euros les 2 + FDP (mail ou message ici)

 

0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *